mardi 13 octobre 2015

Réunion-atelier Flore des Landes

Stachys alpina
CC by-sa : Joceline CHAPPERT-BESSIERE  
Digitalis purpurea
CC by-sa : Marie PORTAS
Trifolium lappaceum
CC by-sa : John DE VOS

Nous étions cinq membres de l'ABBA à participer à la réunion d'information sur l'Inventaire de la Flore des Landes ce vendredi 2 octobre 2015.
La réunion était organisée et animée par le Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique (CBN-SA) dans les locaux du Conseil Départemental des Landes à Mont-de-Marsan.

Nous en présentons ici le compte-rendu.

Agents du CBN-SA présents :
Grégory Caze, Josselin Dufay, Franck Hardy et Nicolas Leblond

Introduction :
L'objectif y était de présenter la mission du CBN-SA pour réaliser l'inventaire (et l'atlas) de la flore régionale, en particulier sa déclinaison landaise.

Grégory Caze (directeur scientifique du CBN-SA) a commencé par rappeler que le conservatoire est un établissement public, disposant d'un agrément du Ministère en charge de l'écologie et que ses missions sont fixées par la loi, dans le Code de l'Environnement (Art. L414-10 et D416-1). L'inventaire de la flore régionale répond donc à la première mission des CBN : "La connaissance de l'état et de l'évolution, appréciés selon des méthodes scientifiques, de la flore sauvage et des habitats naturels et semi-naturels."

Il a ensuite fait le constat de l'absence d'inventaire exhaustif à l'échelle de la région Aquitaine, tout en mentionnant deux documents historiques pour le département des Landes :
- "Essai d'une chloris du département des Landes", publié par Jean Thore en 1803.
Remarque : le mot "chloris" est un synonyme de "flore". Il s'agit probablement d'une référence à la mythologie grecque où Chloris est le nom d'une muse, aimée de Zéphyr. Cette muse aurait été connue des romains sous le nom de "Flora" : divinité agraire importante qui aurait donné son nom aux fleurs.
- "Flore du département des Landes", publiée par E. Lapeyrère en 1892.

Les grandes lacunes dans la connaissance régionale et départementale sur la flore sauvage ont conduit le CBN-SA à donner une priorité forte à ce chantier d'inventaire.

Le travail devrait s'étaler sur la période 2014-2018/2019.

L'un des objectifs serait la constitution d'un atlas régional de la flore sauvage.

Méthodologie d'inventaire :
L'inventaire de terrain regroupe deux tâches principales :
- l'inventaire systématique de la flore vasculaire (= exclusion des bryophytes), cette tâche monopolise environ les 2/3 du temps.
- l'identification des secteurs à enjeux (1/3 du temps) et géolocalisation précise des populations d'espèce protégées.

Afin de réaliser un inventaire systématique, le territoire est divisé en mailles de 5km de côté (avec deux niveaux de subdivision : des mailles de 2km et de 1km de côté).
Les mailles de 5×5 km
(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Au sein de chaque maille de 5×5 km, les agents du CBN cherchent à inventorier le plus grand nombre de types d'habitats présent (zones humides, prairies, forêts, etc.) : on parle de "stratification par type d'habitat". Au total, 4 passages annuels sont réalisés sur chaque maille afin d'assurer la prise en compte du maximum d'espèces possibles.

Remarque : À cause de la difficulté d'accès, les milieux aquatiques et les falaises ne sont pas inventoriés de manière exhaustive, seulement dans la mesure des déterminations réalisables depuis les marges de ces habitats.

Pour le relevé des espèces, les agents utilisent des bordereaux d'inventaires (mis en ligne sur le site du conservatoire).

Les mailles sont regroupées par secteur, les secteurs à inventorier en priorité sont choisi (entre autre ?) en fonction du besoin en termes de connaissance : les territoires déjà mieux connus étant moins prioritaires que ceux pour lesquelles les connaissances sont plus lacunaires. C'est pour cette raison que le sud Adour n'aura pas été inventorié en 2015.
Les secteurs prospectés en 2015
(cliquez sur l'image pour l'agrandir)


Pour la détermination, le CBN recommande l'utilisation de Flora Gallica, cependant certains agents lui préfèrent encore la "flore basque" (Flora del País Vasco), et nous les comprenons bien étant donné la difficulté d'utilisation de Flora Gallica.

Par ailleurs, Grégory Caze a fait état de certaines divergences entre les agents du CBN et les auteurs de Flora Gallica sur certaines conceptions taxonomiques (= la circonscription des espèces), sans préciser toutefois quels taxons seraient concernés.

Concernant la nomenclature, la référence suivie est TaxRef : le référentiel taxonomique publié par le Muséum National d'Histoire Naturelle. Pour les plantes vasculaires, TaxRef se base sur la BDNFF : Base de Données Nomenclaturales de la Flore de France, dont la mise-à-jour est gérée par Tela Botanica.

NB : la BDNFF est l'index floristique par défaut sur tous les outils de Tela Botanica (entre autres : les fiches eFlore). En consultant Tela Botanica vous êtes donc certains de disposer en temps réel de la référence la plus à jour !

Le réseau des naturalistes landais est invité à participer à cet inventaire, soit en participant aux sorties animées par le CBN-SA (entre 10 et 15 sorties par an et par département), soit en prenant en charge des mailles ou des secteurs d'inventaire.

Résultat des inventaires :

Pour les Landes, 30 mailles de 5 km de côté ont été inventoriées en 2014, ce qui a représenté environ 39 000 nouvelles données. En 2015, 80 mailles ont été inventoriées jusqu'à présent (les prospections de terrains se poursuivront jusqu'au 31 octobre), ce qui représente plus de 61 000 nouvelles données. Au total, pour le département des Landes, le CBN-SA dispose donc de près de 167 000 données (en comptant les données acquises avant le début de la mission en 2014 et les données transmises par le réseau et les organismes partenaires). C'est donc un peu moins d'un tiers du département qui est d'ors et déjà inventorié.

Pression d'observation dans les Landes
légende (nbre d'observations) :
case "vide" : 1 à 10
case verte-clair : 11 à 100
case verte : 101 à 500
case verte-foncé : 501 à 2000
case noire : + de 2000

Environ 10 à 15 % du volume des données auraient été transmises par le réseau des naturalistes.

Richesse taxonomique dans les Landes
légende (nbre de taxons) :
case "vide" : 1 à 10
case verte-clair : 11 à 100
case verte : 101 à 300
case verte-foncé : 301 à 500
case noire : + de 500
 La moyenne du nombre de taxons relevés par maille est de 417, ce qui semble assez peu élevé. Cependant ce chiffre est certainement biaisé par les mailles encore non inventoriées.

Mise-à-jour de l'inventaire des ZNIEFF
Le programme d'inventaire des Zones Naturelles d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique a été engagé par l'État dans les années 80. C'est la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement ..., un des services de la préfecture) qui en assure le pilotage, sous la responsabilité du Conseil Supérieur Régional de Protection de la Nature (CSRPN). Le CBN-SA assure la coordination pour l'inventaire floristique.

L'objectif de cette "mise-à-jour" est :
- d'actualiser la connaissance des zones connues
- de supprimer du catalogue des zones qui ne justifieraient pas d'un intérêt particulier
- de permettre la création de nouvelles zones au regard des dernières découvertes.

L'ensemble des ZNIEFF ne sera pas actualisé d'un seul coup : il sera procédé progressivement. Une des ZNIEFF prioritaire dans les Landes est la forêt de l'Aveyron. Il s'agit d'un secteur original de par la présence d'une hêtraie de type montagnarde (malgré la basse altitude !).

Réalisation de la Liste Rouge des plantes menacées d'Aquitaine
Une liste rouge est un outil qui vise à établir, pour chaque taxon, le degré de menace et les risques de disparition.
Ce degré de menace est déterminé à partir d'un certain nombre de critères fixés par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).
Le CBN-SA espère pouvoir publier la LR de la flore d'Aquitaine à l'horizon 2017, tout en précisant que l'inventaire en cours en Aquitaine constituait une opportunité particulière pour cette réalisation, en permettant d'améliorer l'état des connaissances.
Par ailleurs il a été souligné que le plus gros du déficit de connaissance ne touche pas les espèces les plus rares (généralement recherchées et dont la répartition est relativement bien connue), mais plutôt les espèces plus communes, ou pas suffisamment rare pour faire l'objet d'une attention particulière. Le degré de rareté n'étant qu'un critère parmi d'autre pour évaluer le degré de menace pesant sur une espèce.

Présentation du module de saisie de l'OFSA
L'OFSA propose un module de saisie des observations. Son utilisation a été détaillée à l'aide d'une démonstration qu'il n'est donc pas possible de reproduire ici.
Le référent départemental pour les Landes est Josselin Dufay.

Découvertes et plantes particulières :
[liste non exhaustive]
Pilularia globulifera
CC by-sa : Hugues Tinguy


Lysimachia tyrrhenia (= Anagallis crassifolia), proche de A. tenella mais en plus robuste, protégée nationale.
Pilularia globulifera
Ophioglossum vulgatum
Lotus maritimus
Cyperus rigens : espèce exotique non envahissante et rare
Veronica anagalloides : proche de V. anagallis-aquatica et s'en distinguant par la forme de ses capsules et par ses fleurs blanches à roses)
Marsilea quadrifolia
Damasonium alisma
CC by-sa : Paule Lamouroux


Najas marina
Utricularia australis
Luronium natans
Menyanthes trifoliata
Sibthorpia europaea
Teucrium scordium subsp. scordium
Damasonium alisma
Carex pseudobrizoides espèce d'origine hybride entre C. arenaria et C. brizoides
Luzula congesta : longtemps considérée comme entrant dans la variabilité de L. multiflora, s'en distingue par ses épis toujours rassemblés en tête compacte
Sesamoides purpurascens
CC by-sa : Mathieu Menand

Potentilla anglica : hybride entre P. erecta (= P. tormentilla) et P. reptans, plante des milieux pas trop eutrophes
Linaria spartea : sur sables, zones remaniées, particulièrement dans les cimetières
Hypericum linariifolium : sur les pelouses sèches du plateau landais
Sesamoides purpurascens
Linaria simplex
Asphodelus fistulosus : d'origine méditerranéenne
Lupinus angustifolius : pelouses sèches
Trifolium lappaceum : ex messicole, pelouses sèches
Festuca auquieri : pelouses calcicoles sur calcaire dur
Linaria supina : sur ballast
Linaria supina
CC by-sa : Alain Rivière
Senecio lividus
Tractema lilio-hyacinthus (= Scilla lilio-hyacinthus)
Anemone ranunculoides
Fritillaria meleagris : originaire des prairies humides, trouve refuge dans les bois frais
Crepis paludosa
Isopyrum thalictroides
Stachys alpina
Equisetum hyemale : sous-bois frais
Scirpus sylvaticus
Aconitum lycoctonum subsp. neapolitanum : curiosité dans les Landes car originaire des mégaphorbiaies montagnardes
Dipsacus pilosus
CC by-sa : Mathieu Menand
Cardamine raphanifolia
Carex brizoides
Conopodium pyrenaeum : à feuilles plus fournies que C. majus
Crocus nudiflorus
Digitalis purpurea : plantes spontanées très rares dans les Landes
Dipsacus pilosus : bois frais
Galium atrovirens
Hesperis matronalis subsp. nivea : à fleurs blanches
Knautia arvernensis
Noccaea caerulescens subsp. arenaria : sous-espèce propre au sud-ouest français, non reconnue dans Flora Gallica, présente dans les ourlets acides de chênaies, à proximité des ruisseaux mais en situation lumineuse
Nicandra physalodes
CC by-sa : Hugues Tinguy
Oreopteris limbosperma : talus des châtaigneraies ombragées avec Osmunda regalis et Blechnum spicant
Ulmus glabra
Eragrostis virescens
Nicandra physalodes : champs de maïs, tas de fumiers, espèce envahissante
Solanum bonariense : plante piquante, envahissante en région méditerranéenne
Solanum mauritianum : duvet blanc et fleurs violettes

Aucun commentaire:

Publier un commentaire