mardi 7 novembre 2017

Liste Rouge d'Aquitaine - atelier pyrénéen

La Liste Rouge de la flore vasculaire menacée d'Aquitaine est une démarche qui est portée par les Conservatoires Botaniques Nationaux Sud-Atlantique et Pyrénéen. Elle a été initiée en 2013 et a été entièrement financée par l'État (via la DREAL).
C'est Nicolas Leblond, du CBN-SA, qui est en charge de piloter ce projet.

Il s'agit de la première LR des plantes vasculaires d'Aquitaine et sa création est synchrone avec la révision des LR des autres régions françaises. Une Liste Rouge commune à la grande région Nouvelle Aquitaine n'a pas été retenue à ce jour.

Alors que les LR déjà existantes ont pour beaucoup été réalisées "à dire d'expert", la LR aquitaine se base sur la méthodologie développée par l'UICN et qui repose sur des critères les plus objectifs possibles.
Cette méthodologie est disponible en ligne :

 Guide  pratique  pour  la  réalisation  de  Listes  rouges   régionales des espèces menacées - Méthodologie de l’UICN & démarche d’élaboration

Il n'était pas possible de lancer cette démarche plus tôt étant donné l'état longtemps resté lacunaire de la connaissance de la flore régionale. Ce retard a été largement comblé par le travail d'inventaires systématiques mené par le CBN-SA ces dernières années.

Dans la démarche de création de la LR, Nicolas Leblond a réalisé un pré-traitement des données qui a conduit à l'élaboration d'une liste préliminaire. Cette liste devait être validée par un comité d'évalutation, c'est-à-dire par un collège d'experts locaux.

Ce comité d'évaluation a été réuni à l'occasion de deux réunions. La première a eu lieu durant deux jours en septembre 2017 et a porté sur les taxons des plaines et collines (incluant les espèces présentes uniquement sur le territoire d'agrément du CBN Pyrénéen mais seulement à basse altitude). La seconde a eu lieu le mardi 7 novembre 2017 et a porté sur les taxons montagnards.


Les étapes

Une liste des espèces préssenties comme menacée mais pour lesquelles on manquait d'information a été établie afin de pouvoir réaliser des prospections ciblées et améliorer ainsi les connaissances sur leur répartition.

Les données dont disposait les conservatoires ont du être validées afin d'exclure les données douteuses.

Les taxons non revus depuis longtemps ont fait l'objet de prospections ciblées.

Il a fallu établir un catalogue exhaustif des espèces présentes en Aquitaine.

Enfin on a pu procéder à la pré-cotation et à la validation par le collège d'experts.

Remarques :
1 - La démarche UICN requiert que seules soient considérées les données et la situation récente des espèces. Les données et la situation ancienne peuvent être citées, mais ne peuvent servir de base à l'attribution des catégories.

2 - Seuls les taxons indigènes sont évalués. Cela inclus :
-> tous les taxons naturalisés avant 1500 (donc avant le début des échanges avec les Amériques)
-> les taxons indigènes des contrées voisines et naturalisés en Aquitaine depuis plus de 10 ans (notamment cas des espèces espagnoles colonisant de nouveaux territoires en Aquitaine par extension des populations de proche en proche).

Les critères UICN


Il existe 5 types de critères pouvant être utilisé pour l'élaboration d'une liste rouge. Il s'agit de :

A : le déclin des population du taxon envisagé. Dans les faits ce critère nécessite une documentation souvent difficile à réunir dans le cas des espèces végétales et est donc peu (voire pas du tout) utilisé.

B : l'aire de répartition du taxon envisagé est réduite. Il s'agit là d'un critère facile à appliquer dans le cas des espèces végétales.

C : la population du taxon envisagé est petite et en déclin. Il s'agit d'un critère peu utilisé car difficile à documenter.

D : la population du taxon envisagé est très petite. Il s'agit là d'un critère très utilisé dans le cas des espèces végétales.

E : une analyse quantitative des populations du taxon envisagé. Ce critère est très difficile à mettre en œuvre pour la plupart des espèces végétales dans notre région.


Précisions :

L'aire d'occurence (EOO) correspond à l'extension territoriale qui inclus l'ensemble des populations d'un taxon.
L'aire d'occupation (AOO) correspond quant à elle à la surface réellement occupée par l'espèce. Pour simplifier le calcul de celle-ci, l'aire d'occupation est calculée par le nombre de mailles de 2×2 km dans lesquelles le taxon envisagé est présent. En cas de besoin on peu affiner et utiliser des mailles de 1×1 km.

Le concept de "localité" est à adapter au taxon et à la menace envisagés.

Le concept de "fragmentation" est à adapter au taxon considéré. Par exemple les taxons de falaises ont une aire naturellement fragmentée. Par contre les taxon messicoles peuvent plus facilement est considérés comme ayant une aire fragmentée.

Régression : on ne doit prendre en compte que les régressions récentes (et non anciennes).

Les fluctuations des populations doivent être considérées par rapport à des facteurs externes et pas si elle est due à la biologie de l'espèce.

On a tenu compte des populations extra-régionales, c'est-à-dire présentes dans les contrées voisines. Par exemple : la plupart des taxons dont les populations aquitaines sont en continuité avec des populations extra-aquitaines ce sont vu "rétrogradées" à une catégorie inférieure. La continuité s'envisage ici seulement si les contacts entre populations sont potentiellement directs (éloignement généralement < 1 km).

La Liste Rouge aquitaine

Elle devrait être publiée début ou mi-2018..

À venir ici :
compte-rendu des échanges pour la cotation des taxons montagnards.

Pré-cotation RE (éteint régionalement)

Saxifraga cuneata : observée par Pierre Dupont et attesté par une part d'herbier déposée au CBN-PMP. Les recherches pour retrouver la station ont été infructueuses. Elle a probablement fait l'objet de prélèvement ? Serait présente à proximité dans les Hautes Pyrénées.

Pré-cotation CR* (En danger critique d'extinction, supposée disparu sans que toutes les recherches possibles n'aient été faites pour la retrouver)

Aethionema saxatilis : une seule station donc cotation finale : VU (critère D1)
Artemisia umbelliformis : cotation finale : VU D2 en prenant en compte la menace cueillette
Astragalus australis : cotation finale : NT (proche de VU D2) faible aire mais pas de menace

à suivre ...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire